TO SEDUS WEBSITE

Appuyez sur Entrée pour voir vos résultats ou Echap pour annuler.

Entretien avec Robin Rizzini : « Pour certaines activités, un bureau n’est pas nécessaire »

Le designer Robin Rizzini s’est donné pour mission d’intégrer le « soft seating » dans les environnements professionnels. Pour Sedus, il a conçu le canapé se:living. Dans l’entretien qui suit, il nous donne un aperçu des coulisses de son travail ainsi que des évolutions récentes sur le sujet.

Nous aimerions que vous nous donniez votre avis en toute honnêteté : quelle est la relation entre le canapé et l’espace en général ?

Il s’agit d’une relation très importante. Dans le monde, chaque objet a un lien avec d’autres. La cuillère à café est liée à la tasse et à la table, ce qui crée un sens des grandeurs, des proportions et de l’équilibre des couleurs. La voiture est en relation avec les bâtiments, eux-mêmes reliés à la ville, et ainsi de suite. Dans ce cas précis, le canapé est généralement un élément essentiel de l’aménagement et, selon moi, il doit être un objet qui se fond dans le décor, mais qui établit d’emblée une bonne relation avec l’utilisateur. Il doit être accueillant, chaleureux, convivial et créer un sentiment d’harmonie en lui-même.

Le canapé est souvent simplement associé à la fin de la journée de travail, au fait de se détendre en regardant Netflix et de décompresser, par exemple. Quelles sont les autres fonctions d’un canapé selon vous ?

De nos jours, nous ne fonctionnons plus de la même manière qu’il y a 15 ans. Le monde a beaucoup changé et nous avons connu une révolution technologique qui était encore impensable au début du XXIe siècle. Pour beaucoup de monde, se détendre après le travail, c’est travailler encore, mais de manière décontractée. Nous pouvons consulter nos mails jusque tard le soir, regarder Netflix ou encore poster sur les réseaux sociaux en utilisant un seul et même appareil. La télévision est devenue moins présente aujourd’hui. La flexibilité est ce que nous recherchons tous. Dans le cas d’un canapé, cela pourrait vouloir dire avoir la possibilité de travailler sur des tables intégrées et de recharger ses appareils confortablement et de manière détendue.

Canapé + bureau ? Oui, c’est possible. Quand le canapé a-t-il commencé à triompher au bureau et quelle importance a-t-il acquis dans le monde du travail ?

Il y a quelques années, une « révolution » a commencé à se dessiner dans le monde du travail. Les bureaux d’études, les architectes et les designers se sont interrogés sur la façon dont les gens travaillaient et dont ils passaient leur temps au bureau. Était-il vraiment si indispensable de dépendre d’un poste de travail ? La pandémie de coronavirus a considérablement accéléré ce processus tout en mettant sur la table d’autres sujets d’avenir. La réponse est que certaines activités ne nécessitent pas de bureau. Les réunions informelles ou même les réunions vraiment longues peuvent se dérouler sur un canapé. Il en va de même pour les conférences téléphoniques, les entretiens d’embauche, le travail concentré, les présentations en petits groupes ou encore d’autres activités légères. Toutes ces activités peuvent être menées sur des sièges moelleux, à la cafétéria de l’entreprise ou dans un espace lounge dédié. Ces lieux et ce mode de travail favorisent les échanges plutôt que l’isolement ; ils sont davantage axés sur l’humain et moins artificiels.

Quels sont les éléments fondamentaux pour concevoir un canapé qui soit perçu comme confortable, pratique et élégant ?

C’est difficile à expliquer. Il s’agit d’un équilibre entre un design de qualité, un savoir-faire artisanal et des années d’expérience, tant du côté des designers que de l’entreprise.

Selon vous, qu’est-ce qu’il faut à un canapé pour présenter toutes les caractéristiques d’un classique intemporel ?

Une fois de plus, il n’y a pas de règle exacte, mais je dirais que si les designers savent bien jouer avec les proportions, les détails et la sensation de confort, ils sont déjà sur la bonne voie. Ensuite, il faut s’adapter à l’entreprise avec laquelle on travaille, car chaque entreprise a son propre langage et sa propre tradition, qu’il faut interpréter pour ne pas aller dans une direction totalement différente. Enfin, le marché est aujourd’hui beaucoup moins prévisible qu’il y a 20 ans ; à l’époque, on pouvait « planifier » pour concevoir un objet indémodable ou essayer de créer un classique intemporel.

Entwurfsskizze Robin Rizzini

Vous avez récemment conçu le canapé se:living pour Sedus, qui marque l’entrée de l’entreprise sur le marché du « soft seating ». Quels éléments de design avez-vous pris en considération dans le projet pour faire un produit adapté aux bureaux ?

Comme il s’agissait de la première gamme de canapés de ce type pour Sedus et que l’entreprise dispose d’un niveau de technicité très élevé inscrit dans son ADN, j’ai pensé qu’il était de bon ton de créer un équilibre entre une solution très confortable et bien proportionnée et l’ajout d’éléments « actifs », notamment des tables reliées au canapé, tablettes d’extension, dessertes, éléments d’angle, mais aussi des tables d’appoint indépendantes. Cela offre un éventail très complet de surfaces utilisables avec ces canapés, qui s’installent partout et répondent à tous les besoins. D’une simple réunion informelle à un travail de groupe en passant par des activités plus engagées, vous n’avez plus qu’à choisir votre espace : bureau individuel, espace public, lounge ou cafétéria. La gamme se compose d’éléments qui conviennent tous à un environnement de travail moderne, sans oublier la valeur ajoutée apportée par l’introduction des deux profondeurs d’assise différentes pour une manière plus informelle de se réunir et de s’asseoir, mais aussi les fauteuils asymétriques ou encore les modules d’angle permettant de se mettre à l’écart pour s’entretenir en toute confidentialité. Tous les modèles peuvent en outre être équipés de prises électriques et de ports USB.

Une dernière question plus personnelle pour terminer : quel est pour vous le meilleur moyen de vous détendre après une longue journée de travail ? Peut-être sur le canapé ?

Ce qui est amusant, c’est que le destin m’a amené dans un petit appartement à Milan, où j’ai vécu très longtemps sans canapé. Je n’ai pas non plus de téléviseur, je n’ai donc évidemment jamais ressenti le besoin de m’asseoir pour regarder la télé. Ce que je sais, c’est que mon canapé idéal offre beaucoup de place, des options d’électrification et quelques surfaces de dépose pour les livres, les revues, les appareils électroniques et les boissons. Mes moments de détente ne sont pas toujours les mêmes, mais je pense souvent à un moment rien que pour moi, avec un bon verre de vin et un peu de dessin ou de lecture en fin de soirée. Peut-être sur une terrasse avec vue sur la mer !

À propos de Robin Rizzini

Né à Gênes en 1973, Robin Rizzini est d’origine italo-britannique. Il est diplômé de l’École polytechnique de design de Milan, où il a également enseigné en master dans la filière Design industriel. En 2006, il crée son propre studio de design avant de cofonder le studio Metrica trois ans plus tard. Depuis 2018, Robin Rizzini travaille comme designer indépendant.

Cela pourrait également vous intéresser :

Click to rate this post!
[Total: 0 Average: 0]